25 juillet 2018

Cela pourrait changer la donne : L'application qui espère révolutionner le football

Editeur :

CNN

-

Aller à l'article

Oliver Sonne avait abandonné l'espoir de devenir un footballeur professionnel. L'adolescent danois avait perdu sa motivation, cessé d'y croire et s'était lassé de s'entraîner avec le club de sa petite ville.

Pratiquer quatre fois par semaine sans beaucoup de récompense ou de reconnaissance avait fait des ravages.

Le jeune homme de 17 ans voulait faire ce que font les adolescents ordinaires : sortir avec ses amis, se détendre, s'amuser.

"J'ai commencé à penser que je n'arriverais jamais au point où je pourrais devenir professionnel", dit-il à CNN Sport.

Sur la recommandation d'amis, et dans un dernier effort pour réaliser ses ambitions d'enfant, Sonne a téléchargé une application de football. Rapidement, sa vie a changé. Les rêves ont été ravivés.

Grâce à Tonsser, une application danoise de performance footballistique destinée aux joueurs âgés de 12 à 19 ans, le milieu de terrain central a signé un contrat de 18 mois avec le FC Copenhague, club de première division danoise, et est désormais un titulaire de l'équipe des moins de 19 ans.

Au vu de ses statistiques "hors normes" sur une application qui fonctionne comme un réseau social et qui est actuellement utilisée par 600 000 jeunes footballeurs, le FC Copenhague n'était pas le seul club intéressé par Sonne.

Il a fait un essai avec le club français de Marseille, ancien vainqueur de la Ligue des champions et finaliste de la Ligue Europa cette saison, et a été invité à retourner dans le sud de la France pour un autre essai. Mais, encore jeune, Sonne ne veut pas quitter le Danemark et se rend dans la capitale de son pays pour signer un contrat professionnel.

Les créateurs de l'application veulent donner aux joueurs de tous niveaux une chance de jouer.

"Après une courte période, les gens ont commencé à regarder mon profil et à me suivre et j'ai eu plus de gens qui me regardaient", explique Sonne à propos de l'application qui permet aux joueurs d'entrer leurs propres données de performance et leurs vidéos et de se connecter avec leurs coéquipiers.

"Une partie de moi espérait que l'application m'aiderait avant que je décide d'arrêter complètement, mais je ne savais pas que cela se réaliserait vraiment.

"C'est cool pour les joueurs qui jouent dans des petits clubs et qui veulent faire quelque chose dans le football. Je pense que cela pourrait être très important. C'est déjà assez important au Danemark. Ça pourrait être énorme."

L'entremetteur du football

C'est une application, disent ceux qui travaillent pour Tonsser, qui pourrait révolutionner le football des jeunes.

Créée par Simon Hjaere et Peter Holm dans un sous-sol de Copenhague il y a quatre ans, la startup a pour objectif de donner aux joueurs le contrôle de leur destin.

Ils comparent leur produit à Linkedin, décrivant l'application comme un endroit où les jeunes joueurs peuvent construire leur curriculum vitae.

En créant leur propre profil numérique, en l'utilisant pour présenter des vidéos et des statistiques - telles que des passes décisives, des buts, des performances d'homme du match - Tonsser donne aux jeunes joueurs la chance d'être remarqués dans un monde impitoyable.

C'est un sport où les rêves sont souvent brisés et les jeunes cœurs rarement réparés. Par exemple, selon Michael Calvin, dans son livre "No Hunger in Paradise", seuls 180 des 1,5 million de garçons qui jouent au football pour les jeunes en Angleterre deviendront professionnels dans la Premier League.

La société compte aujourd'hui une trentaine d'employés et possède des bureaux à Copenhague, Paris et Berlin.

Hjaere, un passionné de football qui a joué dans les ligues inférieures du Danemark, explique à CNN Sport que sa création a été inspirée par Football Manager, en plaisantant sur le fait qu'il a passé trop de temps à jouer au célèbre jeu vidéo lorsqu'il était plus jeune.

"Nous voulons une course équitable", déclare Hjaere.

"Quel que soit leur niveau, nous voulons que les joueurs atteignent leur potentiel.

"Oliver n'est qu'une histoire parmi d'autres. Nous avons eu un Danois qui jouait en septième division au Danemark et, d'après les données, nous avons pu constater qu'il avait du talent et il a maintenant signé un contrat avec un club de troisième division.

"Ce n'est pas seulement au niveau supérieur, mais cela donne aussi aux joueurs d'un niveau inférieur l'occasion de passer à l'étape suivante."

Des données fraîches semaine après semaine

Avril à Paris et des adolescents, désireux d'impressionner, courent, passent, sprintent et tirent.

Pendant trois jours dans la capitale française, ils ont eu l'occasion de montrer leur talent aux entraîneurs du Red Star, club de deuxième division française.

Quatre-vingt-six des joueurs sont là grâce à Tonsser. C'est la première fois que le club, le deuxième plus ancien de France, organise des essais pour les garçons en se basant uniquement sur des données.

Situé dans la banlieue nord de Paris, le club se trouve dans l'une des régions les plus fertiles en talents de haut niveau du monde du football. Après tout, à une quinzaine de kilomètres à l'est se trouve Bondy, le lieu de naissance de Kylian Mbappé, l'adolescent qui a aidé la France à remporter la Coupe du monde en Russie et qui est revenu au pays en tant qu'héritier de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi.

Les parents observent la scène depuis les coulisses, certains restant perplexes quant à la façon dont leurs fils ont pu bénéficier de cette opportunité grâce à une application.

Sébastien Robert, le directeur technique du Red Star, a admis qu'il était initialement sceptique mais a déclaré que la qualité des joueurs qui leur ont été livrés par Tonsser "était meilleure que nos propres détections."

Vingt-sept des 86 utilisateurs de Tonsser, dit-il, ont attiré l'attention du club et s'entraînent encore avec lui, tandis que six ont déjà été signés.

Les clubs les plus riches du monde déploient leurs tentacules de scouts dans le monde entier, attirant les meilleurs éléments pour leurs académies dans l'espoir qu'un garçon au moins devienne un joueur de classe mondiale.

Tonsser affirme qu'elle ne veut pas remplacer les scouts, mais les "compléter". L'objectif de l'application, selon Hjaere, est de démocratiser le sport.

Un système basé sur la confiance

Les données sont mises à jour régulièrement car ce sont les joueurs eux-mêmes qui le font.

"C'est de loin la plus grande base de données sur les performances des jeunes que j'ai jamais vue, et ce sont des données fraîches, semaine après semaine", a déclaré Lars Bach Sørensen, responsable du recrutement de Southampton en Scandinavie.

Mais qu'est-ce qui empêche un joueur de déclarer faussement qu'il a marqué un triplé et fait quatre passes décisives dans un match ? L'autorégulation, dit Hjaere.

"Nous avons appelé plus de 300 entraîneurs pour leur demander qui était le meilleur de l'équipe et, dans presque tous les cas, les entraîneurs ont désigné le joueur figurant dans nos données", explique-t-il.

Poul Carmes, responsable du scouting de Tonsser, parcourt la Scandinavie pour passer en revue les joueurs les mieux classés sur l'application et s'assurer que les données correspondent aux performances.

"J'avais les mêmes doutes que tout le monde", dit-il à CNN Sport. "Les joueurs ont réalisé leur propre performance ? Je devais aller vérifier tout cela.

"Dans plus de 90% des cas, les joueurs les plus performants dans l'application étaient également les plus performants sur le terrain.

"Quand je suis sorti avec un ancien international danois qui est maintenant un recruteur, il m'a demandé de mettre des noms sur une liste et j'ai mis deux noms avec leurs numéros - sept et neuf - et je l'ai mis dans ma poche.

"Nous avons convenu de regarder la première mi-temps et après cela, il a dit qu'il n'avait pas besoin d'en voir plus parce qu'il n'y avait que deux joueurs sur le terrain qui étaient bons et c'étaient les numéros 7 et 9.

"Les clubs ont leur propre base de données à partir de leurs propres joueurs, mais il n'y a aucun produit au monde qui comporte cette quantité de joueurs, et les données sont constamment rafraîchies.

"Il ne fait aucun doute pour moi que cela pourrait changer la donne au niveau international. Du plus bas niveau au plus haut niveau.

"Cette industrie, pour le moment, est contrôlée par certaines personnes qui ont le bon réseau comme, par exemple, les agents.

"Si vous disposez d'une plateforme où vous pouvez vous mettre en valeur, vous êtes en mesure de prendre votre propre carrière de footballeur en main et de faire bouger les choses."

Le point de vue de l'entraîneur

Nikolaj Hørby Kjeldsen est l'entraîneur des jeunes de l'équipe de Superliga danoise AaB Aalborg et utilise Tonsser comme plateforme de communication avec ses moins de 15 ans.

Onze de ses 18 joueurs sont sur l'application et il s'y connecte deux ou trois fois par semaine, généralement lorsqu'il y a un match. Il utilise également un autre outil d'entraînement de la société islandaise Sideline Sports.

Tonsser privilégie actuellement les joueurs offensifs car il met l'accent sur les buts et les passes décisives, explique Kjeldsen, mais il l'utilise également pour suivre les joueurs si un certain poste dans son équipe doit être pourvu.

Expliquant comment il utilise l'application avec ses joueurs, il raconte à CNN Sport : "Je donnais un feedback à l'équipe et je notais nos performances ; offensivement, défensivement, tactiquement, physiquement. Je les note de zéro à dix et les joueurs peuvent voir comment je les ai notés.

"Après un match, nous avons un briefing, mais c'est une bonne façon de leur rappeler les principales choses à retenir."

De retour à Copenhague, Sonne réalise son rêve : il s'entraîne trois à quatre heures par jour, fait de la musculation en salle et surveille de près son alimentation.

"On est tellement concentré sur vous", dit-il en parlant de la vie de jeune professionnel.

"Nous faisons du pré-entraînement et de la gym après l'entraînement. Vous avez votre propre programme individuel pour la gym. Nous nous pesons et devons nous concentrer sur ce que nous mangeons et ne pas nous coucher trop tard.

"Ils sont très concentrés pour être prêts à 100% pour le match.

"J'ai toujours voulu être un joueur de football et c'est ma première priorité maintenant".

aller en haut